Le scriptorium

Le mot scriptorium désignait un meuble, l’écritoire, sur lequel des moines instruits copiaient et enluminaient des manuscrits. Ils participaient ainsi à la transmission du savoir qui restait l’apanage des classes fortunées, tant le livre était un objet rare et cher. D’une superficie de 159 m2, le scriptorium (ou salles des moines) était aussi un lieu affecté à l’étude et aux petits travaux comme le ravaudage, la couture, etc.